Page Economie, travail, protection sociale



Du fait de la contrainte épidémique, l'activité économique ne peut pas se redéployer comme habituellement. La pression est très forte sur le système économique déjà bien instable. Les entreprises à l’arrêt disparues ne ressuciteront pas toutes, on assistera à des destruction d’outils et de collectifs de travail. L’ampleur de la récession, qui risque de s’appeler une dépression, en comparaison à la crise de 29, s’annonce énorme avec des conséquences sociales terribles. (FIXME références pour illustrer).

La paupérisation accrue de pans entiers de la société remettra sans doute l'enjeux d'organiser l'entraide au premier plan, plus encore que cet épisode de confinement.

Il y aura encore un bon moment, surtout si la contrainte épidémique se maintient dans la durée, une tension forte entre renvoi des travailleurs au boulot pour relancer la machine et respecter des contraintes sanitaires.

La volonté et la capacité par l'Etat de garantir un revenu à chacun et de fournir une aide aux entreprises pour limiter les faillites et fermetures seront déterminantes.

On va suivre de prêt l’évolution des débats économiques puis de leurs conséquences sur le débat et le rapport de force politique. La pression pour “relancer la machine au plus vite” et limiter l’effondrement économique d’une part et les ouvertures pour “changer de logiciel” et sortir de l’orthodoxie d’autre part. Les partisans de la première option auront la peur du chômage comme atout, les seconde auront “l’évidence” (mais est-ce si évident pour tout le monde) que des modalités alternatives d’organisation économiques plus résilientes, adaptés à ce nouveau contexte sont nécessaires.

Les débats sur la dette, la monnaie, les banques publiques et privées … sur le chômage partiel, l’assurance chômage, le salaire universel, la sécurité sociale, … sur la réduction du temps de travail… sont sans doute amenés à sortir des cadre étroit des cercles économistes, militants, intellectuels ou universitaires. On entre dans un moment où ils peuvent se déployer dans toute la société … ou pas. En fonction de quoi ? Comment les mener ?

-> Contribution de Jluc sur la Dette, la finance et le travail